Conte aborigène illustré : la peau de dingo | Histoires pour enfant

Posté sur1 An auparavant par

Un conte australien pour les enfants voyageurs du magazine jeunesse Cram Cram

Imaginez un désert rouge.

Imaginez des remparts de buissons épineux, ci et là des arbres énormes aux écorces noueuses et noires comme rescapés d’un incendie. Autour, rien que de la terre rouge et de la rocaille.

À travers cette lande, des hommes et des femmes marchaient. Ils marchaient, marchaient. Soudain ils s’arrêtaient et ils restaient là sans rien faire, sans rien dire, sans même regarder le ciel brûlant. Oui, ils s’arrêtaient et ils ne faisaient rien. Puis ils repartaient, tous d’un même élan, pieds nus heurtant la rocaille et frottant la poussière. Et voilà qu’à nouveau ils s’arrêtaient. Rien de leurs lèvres ni de leurs doigts ne bougeait, pas même un tressaillement de paupières.

Personne n’avait jamais compris pourquoi ces gens s’arrêtaient comme ça, sans raison apparente, sans que la nuit ne soit venue, sans qu’une crevasse ou un glissement de terrain ne les ait empêchés de poursuivre leur route. Simplement ils cessaient de marcher, ne disaient rien, ne faisaient rien. Puis ils repartaient à la même cadence sous la chaleur torride, sans que rien ne soit prononcé des raisons qui les conduisaient à se comporter de cette façon.

Tous avaient la peau noire, les membres recouverts de cendre, certains endroits du corps décorés avec des petits motifs à la peinture blanche. Leurs pieds étaient pareils à des sabots de corne. Un oiseau d’une envergure impressionnante planait au-dessus d’eux : un faucon brun. Pas de doute, il les accompagnait de son ombre.

Depuis plusieurs jours, un homme blanc les suivait à distance. Cet homme exerçait la profession d’anthropologue dans une fameuse université de la côte et il se trouvait investi d’une mission importante : découvrir pourquoi cette tribu interrompait sa marche en plein désert sans que rien ne l’y entraîne.

Mais pour l’anthropologue, chaque jour qui passait était une véritable épreuve. Il n’était pas habitué à des conditions de vie aussi extrêmes, il supportait mal la chaleur. En divers endroits sa peau était devenue rouge, elle commençait même à se craqueler et ses lèvres s’étaient crevassées. La nuit il se pelotonnait, recouvert d’une peau de dingo - tous sur ce continent possédaient une peau de dingo. Oui, il s’y enveloppait du mieux possible car il craignait les créatures rampantes, et souvent il sursautait dans son sommeil à cause des cris qui vibraient dans la nuit. Au matin, il peinait à se remettre en marche alors que la tribu avait levé le camp bien avant l’apparition du soleil, avait donc pris de l’avance sur lui. Plus tard, au lieu d’observer ce qui se passait et de prendre des notes et des photographies, il gémissait à cause de ses pieds qui le faisaient souffrir. Quand la tribu s’immobilisait, il ne pensait plus qu’à sa fatigue et il gémissait.

Ainsi arriva-t-il au bord du découragement : il n’avait pas avancé d’un pouce dans ses études et ses nerfs se trouvaient prêts à lâcher. D’ailleurs un vent de poussière était en train de se lever.

Ceux qui marchaient dans la rocaille avaient repéré l’anthropologue depuis le début de sa quête — comment ne pas remarquer un homme si drôlement accoutré — et ils l’avaient appelé « Marcheur-Blanc ». Ils avaient feint de l’ignorer. Ils avaient continué à parcourir le désert étincelant avec une incomparable aisance. A intervalles réguliers ils avaient stoppé leurs pas, demeurant sous le soleil, immobiles comme s’ils priaient sans se préoccuper de lui. Mais ce jour-là le vent tourna et commença à lever d’impressionnants tourbillons de poussière rouge. Marcheur-Blanc se réfugia au bord d’une arête rocheuse. Sa gourde était vide et il avait épuisé ses maigres ressources. Il était donc au bord de la mort, sans force et sans courage.

Oui, c’est cela mourir. Il se coucha dans la faille, enveloppa sa tête dans la fameuse peau de dingo qu’il avait eu la sagesse d’emporter dans ses bagages et attendit que tout soit fini.

Guettant sa proie, le grand faucon planait au-dessus des rocs tels un prince tout-puissant. L’Ancien de la tribu avait compris ce qui se passait. Il décida de lui porter secours.

Il s’avança dans le vent rouge, se glissa dans la faille. Mais l’homme blanc était trop épuisé pour réagir. Sa langue était enflée et pesait aussi lourd qu’un caillou dans sa bouche. L’Ancien lui souleva la tête, à l’aide d’un roseau fit glisser un peu d’eau depuis son outre jusqu’à sa gorge.

— Allons, dis-moi ce qui t’arrive, mon frère ?

— Je crois que j’ai surestimé mes forces, répondit le professeur d’anthropologie, dans un râle. Aidez-moi je vous en prie.

L’Ancien lui caressa le front.

— Pauvre homme, lui dit-il. Ta peau est brûlée par le soleil et ta bouche est presque morte. Tu n’es qu’un ignorant. Pourtant il ne revenait qu’à toi d’apprendre. Dis-moi, pour quelle raison nous suivais-tu ? Quel secret croyais-tu pouvoir découvrir ?

Marcheur-Blanc jeta alors ses dernières forces dans la bataille et s’écria :

— Enfin, pourquoi vous arrêtez-vous au beau milieu du désert sans crier gare ? Le monde entier s’interroge à votre sujet.

L‘Ancien ne put s’empêcher de sourire tellement la question lui paraissait naïve et la réponse évidente.

— Sais-tu, Marcheur-Blanc, que si le corps va trop vite, l’âme n’a pas le temps de le rejoindre ? Peu d’humains savent que l’âme existe parce qu’elle est invisible, parce qu’elle ne pèse pas plus lourd qu’un paquet de plumes. En fait elle est froissée comme une peau de dingo, souple et légère, facile à transporter. Mais la plupart des gens sont négligents avec elle : ils l’oublient en chemin, après ils ne sont que de tristes fantômes. Depuis l’aube des temps, nos aïeux nous ont appris à interrompre notre marche le temps nécessaire à l’âme de rattraper le corps pour l’habiter à nouveau. Sans elle nous ne saurions survivre.

Et l’ancien poursuivit :

— L’âme se superpose à notre forme humaine. Elle est comme une ombre. C’est elle qui éprouve les émotions et fait vibrer notre chair quand nous rions ou pleurons. Mais où est passée la tienne pendant toutes ces années ? Où l’as-tu égarée ?

L’anthropologue tremblait. Sur le même ton l’ancien continuait :

— Tu l’as négligée, de même ta peau de dingo si sale et dépenaillée. Regarde, elle est bonne à jeter.

Sur ces mots, le professeur d’université s’était mis à pleurer. Oui, il avait espéré faire une découverte qui l’aurait rendu célèbre et respecté, à présent il en convenait. Il avait couru après sa renommée et il s’était damné à force de courir. Trop tard pour changer d’attitude. De toute façon il était parvenu au terme de sa résistance. D’une seconde à l’autre, il cessa de respirer et il ne resta rien de lui hormis un petit tas de cendre et la peau de dingo répandue tel un vêtement chiffonné dans la faille du rocher.

N’oubliez jamais votre âme. Quand vous la chercherez, il vous suffira de l’attendre. Elle sera là, pas loin, juste derrière vous.

Illustrations : Lucye Riolland

Vous avez aimé cette histoire ? Retrouvez cette histoire et toutes ses illustrations dans Cram Cram en Australie !

Retrouvez cet article illustré dans le magazine suivant
Articles liés
Laissez un commentaire
Laisser une réponse
Connectez-vous pour poster un commentaire.

Menu

Paramètres

Partager