Le reportage d'une famille à vélo au Canada

Posté sur4 mois auparavant par

La famille Dury-Leclerc a voyagé en Australie et a écrit un reportage dans le magazine de voyage pour enfant Cram Cram. Elle y raconte son périple australien en s'adressant directement aux enfants pour leur faire découvrir cette formidable aventure et leur communiquer leur goût du voyage.

Une grande famille voyageant à vélo, à travers le Canada

On nous appelle « Les 11 ». Dans ma famille, il y a 9 enfants, mon père et ma mère, ce qui fait 11 personnes en tout. Nous sommes une grande famille audacieuse et rien ne nous arrête.
 Je suis Marie-Michèle, j’ai 13 ans, j’ai une sœur jumelle : Marie-Pierre. Et nous avons traversé le Canada à vélo. C’est ma mère qui nous emmène en voyage. Elle est cinéaste et elle fait des films inspirés de nos voyages. J’adore !  Je vous présente mes frères et sœurs :  Guillaume, 20 ans ; Danièle, 10 ans ; Charles, 9 ans; papa Pierre ; Marie-Pierre, 13 ans.  Raphaël, 13 ans ; Louis-Philippe, 16 ans ; moi, Marie-Michèle, 13 ans ; Maman Michèle ; Marc-Antoine, 4 ans et Jean-Cristoph, 19 ans. Mon petit frère Marc-Antoine voyageait dans un chariot, et Charles avait un demi-vélo. 

Nous avons rencontré une autre famille avec 4 enfants qui voyageait à vélo. Dans les montagnes Rocheuses, en Alberta, nous avons pédalé avec eux : 13 enfants + 4 parents.
Du plaisir à n’en plus finir !

De Montréal aux Îles-de-la-Madeleine

Nous sommes partis de Montréal. Nous avons pédalé sur une piste cyclable, la Route verte. Elle traverse toute la province de Québec. Puis, nous avons découvert les provinces maritimes : le Nouveau-Brunswick,  l’Île-du-Prince-Édouard, et la Nouvelle-Écosse. Nous nous sommes rendus jusqu’aux Îles-de-la-Madeleine. Tous les jours, nous pédalions entre 50 et 90 kilomètres, en fonction de la route et du vent. Si nous avions le vent dans le dos, et que la route descendait, c’était facile !

Au Canada, il n’est pas rare de voir des maisons rouges, bleues, vertes ou jaunes, surtout aux Îles-de-la-Madeleine. Les pêcheurs qui y habitent aiment beaucoup repérer leur maison lorsqu’ils reviennent de la pêche. Lorsque nous étions aux Îles-de-la-Madeleine, les bateaux revenaient avec des homards et des crabes des neiges. Charles, le seul gaucher de la famille, était heureux d’apprendre que le homard a deux pinces différentes ; l’une est broyeuse et l’autre coupante. Parfois, certains ont leur pince broyeuse à droite et d’autres à gauche.
Savais-tu que le homard vivant est brun ? Lorsqu’il est cuit, il devient rouge.

Pow-Wow

Lorsque Jacques Cartier est arrivé au Canada, en 1534, les Amérindiens y habitaient déjà. Ils demeuraient dans des tipis, et se déplaçaient à cheval ou en canoë. Aujourd’hui, ils habitent dans des maisons et se déplacent en voiture. Ils se rassemblent chaque année au Pow-Wow. Les Hurons, les Iroquois, les Abénaquis, les Mi’kmaq, les Algonquins... compétitionnent pour la plus belle danse. 

Inukshuk

Un inukshuk est une sculpture de forme humaine faite de roches. Nous l’avons fait à Cap-aux-Meules, dans l’est du Canada où nous avons pédalé. Les Inuits, le peuple qui habite au nord dans les terres de glace, s’en servaient pour marquer une cache de nourriture, une direction. Cela pouvait honorer un exploit. Les détruire est irrespectueux. Nous avons construit le nôtre et l’avons coiffé d’un casque de vélo ! 

Chutes du Niagara

Les chutes du Niagara se divisent en trois sections : le voile de la mariée, le fer à cheval, et les chutes américaines.  Elles ont un débit d’eau immense : deux millions de litres d’eau par seconde s’y écoulent le jour. La nuit, le courant est dévié vers une centrale hydroélectrique. On les qualifie des plus puissantes d’Amérique du Nord. Photo Lequint/Dreamstime.com

Les Amérindiens racontent qu’une jeune femme, Lelawala, fille du grand chef iroquois, était destinée à épouser un vaillant guerrier choisi par son père. Mais, elle aimait un autre homme. Découragée, elle prend son canoë et pagaie vers la chute. Le dieu du tonnerre, He-No, vivait derrière les chutes fer à cheval. Alors qu’elle s’apprête à tomber de son canoë, He-No la rattrape pour ensuite l’amener dans sa caverne derrière les chutes. Il parait qu’elle y vit toujours !

Wapiti

En roulant à vélo, sur la route, nous avons croisé deux wapitis avec leur grand panache. Nous croyions qu’ils allaient s’enfuir, mais non ! Ils ont longé la route avec nous. Nous avons pu les observer! Ils s’en allaient boire près d’un lac.

Ours noir

De l’est du Canada, nous avons pris l’avion jusqu’à Vancouver, près de l’océan Pacifique, dans l’ouest du pays. Puis, nous sommes revenus vers Montréal à vélo. Dans les montagnes Rocheuses, nous avons pu observer beaucoup d’animaux. Un après-midi, ma mère nous dit : « Oh ! Regardez ! Il y a un chien terre-neuve, de l’autre côté de la route ». Elle n’avait pas ses lunettes. L’animal s’est approché, c’était un ours noir. Mon frère lui répétait sans cesse : « Allez, sors ta caméra ». Mais ma mère avait trop peur ! Elle était figée. L’ours passa devant son vélo. Louis-Philippe prit la caméra dans sa sacoche de vélo, et la lui donna. Ma mère filma enfin l’ours !

Retrouvez toute l'histoire et les photos de ce voyage en famille dans notre Cram Cram au Canada !

Étiquette: Canada
Retrouvez cet article illustré dans le magazine suivant
Laissez un commentaire
Laisser une réponse
Connectez-vous pour poster un commentaire.

Menu

Paramètres

Partager